Bursite du genou – les bourses séreuses péri-articulaires du genou

Définition d’une bourse séreuse :

Une bourse séreuse est constituée par une membrane de nature identique à la membrane sécrétant le liquide synovial à l’intérieur d’une articulation comme le genou qui sert de coussin de protection et facilite le glissement de la peau, des tendons, des muscles sur un os.
Il existe différents types de bourses séreuses qui peuvent être soit sous-cutanées, soit annexées aux tendons et aux muscles. Les bourses séreuses superficielles sont situées immédiatement sous la peau.

bursite du genou

Les bourses du genou :

bursite du genouIl y a 12 bourses séreuses autour de l’articulation du genou car la plupart des tendons qui l’entourent se dirigent parallèlement aux os et se tendent lors des mouvements en croisant l’articulation.
Les bourses sous-cutanées situées sur la face convexe de l’articulation – les bourses pré et infra patellaires permettent à la peau de se mobiliser librement lors des mouvements articulaires.

Quatre bourses communiquent avec la cavité synoviale de l’articulation du genou : la bourse supra-patellaire, la bourse poplitée, la bourse ansérine (de la patte d’oie), et la gastrocnémienne.

  1. La suprapatellaire volumineuse bourse (sous quadricipitale) est particulièrement importante car son infection éventuelle peut se propager à toute la cavité articulaire. Elle entre en continuité avec la synoviale articulaire.
  2. L’ansérine sépare les tendons des muscles sartorius, gracile et semi tendineux du tibia et du ligament collatéral tibial.
  3. La bourse poplité se situe au niveau du creux poplité entre le tendon du semi-membraneux et le chef médial du gastrocnémien, elle communique avec l’intérieur de l’articulation du genou. Ainsi, une augmentation anormale du volume de liquide dans le genou peut pénétrer la bourse et produire une distension. Ce phénomène se nomme le kyste de Baker. Ce n’est pas une pathologie mais secondaire à une lésion dans l’articulation du genou, la plupart des temps suite à une atteinte cartilagineuse d’origine dégénérative ou traumatique.

Pathologie d’une bourse :

Bursite : inflammation d’une bourse séreuse.
L’hygroma est une variété de bursite caractérisée par un enkystement.

Bursite du semi-membraneux – gastrocnémien médial : kyste poplité (découverte fortuite IRM et arthrographie)
Bursite supra-patellaire
Bursite pré-patellaire
Bursite infra-patelaire (agenouillement prolongé ; traumatisme ; hyper-sollicitation « coureurs » ; Osgood Schlatter)
Bursite de la patte d’oie (arthrose ; PR ; coureurs ; diabétiques ; obésité)
Bursite du semi-membraneux
Bursite du ligament collatéral médial (gonarthrose avec ostéophytose médiale ; PR ; traumatisme et micro-traumatisme « moto, équitation »
Bursite ilio-tibiale
Bursite du ligament collatéral latéral – biceps fémoral

Etiologie :

– Secondaires à des microtraumatismes répétés,
– Bursites septiques (staphylococciques, tuberculeuses), le plus souvent par inoculation directe
– Bursites au cours de l’infection par le VIH
– Bursites microcristallines (cristaux d’hydroxy-apatite, goutteuse), bursite au cours de la polyarthrite rhumatoïde (PR)

Facteur de risque d’une bursite :

Activités professionnelles ou sportives génératrices de microtraumatisme péri-articulaires – bursite prérotulienne des carreleurs et des femmes de ménage – nécessite de ramper et s’agenouiller.

Les signes cliniques d’une bursite du genou :

– une douleur diffuse, beaucoup moins liée au mouvement que la tendinite,
– un gonflement, un oedème, une tuméfaction localisée,
– une diminution des amplitudes de mouvements
L’évolution ultime de cette pathologie peut être l’hygroma calcifié du genou.

Examens cliniques en cas de bursite du genou :
Les bursites prérotulienne, ansérine sont aisément accessibles à la palpation car les bourses sont superficielles. Une fluctuation peut être perçue entre nos deux doigts.
Pour les bourses profondes du genou : rétro-patellaire, l’examen clinique est en revanche plus difficile. En règle générale, on peut faire un diagnostic différentiel entre une tendinopathie et une bursopathie. En cas de tendinopathie, la contraction contre-résistance déclenche une douleur au niveau de l’insertion du tendon. En cas de bursopathie, la douleur est absente ou modérée lors de cette manœuvre.

Examens complémentaires :
L’analyse du liquide synovial prélevé permet de distinguer entre une origine mécanique et une origine inflammatoire, et aussi entre une bursite micro-cristalline et une bursite infectieuse.

Imagerie :
Les radiographies standards peuvent détecter des calcifications dans les bursites par dépôt de cristaux d’AP ou de PPCa. Elles peuvent montrer en outre une tuméfaction des parties molles.

11 novembre 2017 - 10 h 06 min

Bursite du genou