Traitement de la capsulite rétractile de l’épaule.

capsulite rétractile de l'epaule ou épaule gelée

Traiter naturellement une capsulite rétractile :

Ma méthode de traitement d’une capsulite rétractile de l’épaule par pression digitale est une option de traitement efficace pour la capsulite de l’épaule car elle permet de soigner non pas les symptômes mais la cause de votre problème.

Je n’ai pas encore rencontré de patient souffrant d’une capsulite rétractile de l’épaule qui n’ai pas de problèmes de cervicales importants. C’est souvent la cause sous-jacente de la capsulite rétractile.

Les vertèbres cervicales pour une capsulite rétractile ?

Un problème neuromécanique originaire de la colonne cervicale, du crâne mais aussi de l’articulation atlanto-occipitale, et/ou le 11ème nerf crânien -nerf spinal- peut provoquer un mauvais fonctionnement du trapèze entraînant une panne de l’ensemble du complexe dynamique de l’épaule.

Dans la littérature les symptômes d’un trouble du nerf spinal :

  • une abduction réduite de l’épaule -difficulté à lever le bras à l’horizontal-,
  • une épaule tombante,
  • une douleur d’épaule, qui est également un symptômes courant d’épaule gelée.





Si une capsulite rétractile a commencée récemment, un diagnostic précoce est essentiel car la condition peut être inversée.

Mon travail consiste à restaurer le « bon fonctionnement » de l’épaule. Le mouvement exige une approche combinée qui répond aux différents mécanismes et aux muscles qui soutiennent la fonction articulaire.
En plus du traitement, une chose simple qui fonctionne très bien chez mes patients souffrant de capsulite rétractile est de se coucher sur le dos avec le bras en rotation externe maintenue avec une compresse chaude sur l’épaule pendant environ 15 minutes. En complément de ma méthode de traitement spécifique aux capsulites rétractiles, ils récupèrent plus rapidement une amplitude de mouvement.

Avant d’en venir aux infiltrations ou à l’opération, il est plus judicieux de venir me consulter : dans la grande majorité des cas, ce que l’on prend pour une inflammation n’est en fait qu’une simple douleur projetée/irradiée, provenant d’une irritation nerveuse localisée dans la zone cervicale.

Aussitôt après mon traitement par pression digitale de la capsulite rétractile, mes patients remarquent une amélioration de leur niveau de douleurs et une plus grande souplesse. Ils retrouvent de la force dans les secondes qui suivent le traitement.

La capsulite rétractile est une pathologie qui peut toucher presque n’importe quelle articulation du corps, mais touche en particulier l’épaule.

L’épaule gelée ou capsulite rétractile idiopathique

L’épaule gelée ou capsulite rétractile de l’épaule est une condition de raideur douloureuse de l’épaule qui se développe spontanément, avec un début insidieux, sans antécédents de blessure ou de traumatisme.
Le patient atteint d’une capsulite rétractile a une restriction de mouvement scapulo-humérale (en mobilisation passive et active) pour laquelle aucune cause ne peut être identifiée.

Histoire de la capsulite rétractile idiopathique

Cette condition a été décrite pour la première en 1872 dans la littérature française. On la pensait due à une inflammation la bourse de l’épaule et la recommandation de traitement était la manipulation sous anesthésie générale pour surmonter la rigidité.
En 1934, les experts de l’époque exprimaient leur frustration devant cette pathologie difficile à définir, difficile à traiter et difficile à expliquer.
En 1945, on a trouvé que la pathologie était essentiellement due à un épaississement de la capsule articulaire de l’épaule avec une inflammation réparatrice associée. Le terme « capsulite rétractile » a été introduit.

Cette pathologie de l’épaule s’appelle maintenant une capsulite rétractile.

En 1953, il a été rapporté qu’un certain état constitutionnel et émotionnel accompagnait cette maladie. Cette forme d’instabilité émotionnelle a été appelé «personnalité péri arthritique ».
En 1969, même si aucun des facteurs constitutionnels responsables n’a pu être trouvé, il a été noté qu’appartenir à un groupe d’âge spécifique et traverser une période d’inactivité pourrait être un facteur contributif.
En 1971, un mécanisme auto-immunes et un traitement à base de stéroïdes systémiques a été proposé. Une étude immunologique sur 40 patients avec l’épaule gelée a montré une augmentation des niveaux de pré-traitement dans des complexes immunes, de la protéine C-réactive, et une diminution de la transformation des lymphocytes à la phytohémagglutinine et de la concanavaline A par rapport à un groupe témoin.

Plus tard, ce syndrome a été associé à d’autres troubles tels que la tendinite, le conflit sous-acromial, et le diabète comme facteur de risque accru.
En 1981, la personnalité dépressive a été identifiée comme un facteur de risque significatif pour ce syndrome. Ensuite, plusieurs stades de la maladie ont été décrit.
En 1990, il est apparu que la rigidité devait être due au patient qui tiendrait le bras en position de «protection» et que la capsule de l’articulation serait devenu contractée. Il fut au même moment suggéré que l’exercice contrôlé et la chaleur et progressive serait bénéfique et que la cause sous-jacente n’aurait généralement pas été diagnostiquée.

Stress, choc émotionnel et caspulite de l’épaule

La douleur d’épaule peut être liée à la notion « d’endosser » des responsabilités. Beaucoup de personnes dans la société moderne portent le «poids du monde» sur leurs épaules. En conséquence, ils peuvent développer une douleur et une raideur dans le cou, le dos, et les épaules. Par conséquent les questions liées à la gestion du stress et portant sur les sentiments des patients envers leurs responsabilités assumées sont importantes pour des résultats optimaux de traitement.

Ce syndrome entraine chez la plupart des patients d’importants changement de style de vie, du fait qu’ils ne peuvent plus prendre part à leurs diverses activités habituelles. Cela correspond à peu près aux étapes du deuil rapportés par Elizabeth Kubler Ross. Il y a une sorte de déni, puis de la colère, puis la négociation, puis la dépression, et finalement l’acceptation qui coïncide généralement avec le sentiment d’aller mieux pour le patient.

L’épaule gelée ralentit littéralement le patient, ce qui peut être juste ce dont il avait besoin compte tenu du fait que ce soit un trouble. Cela peut être l’une des raisons pour lesquelles la plupart des patients ont tendance à aller mieux spontanément, mais sur une longue période.

Comment l’anxiété et la dépression mènent parfois à une épaule gelée ?

La dépression peut nous rendre léthargique, triste, anxieux, inquiet de l’avenir. Nous pouvons nous retrouver dans un cycle sans fin apparente de frustration et de mélancolie. Dans cette fosse de désespoir se trouvent les hypothèses et suppositions que nous faisons sur notre avenir et le passé.

Le présent peut être ressenti comme un endroit douloureux.Nos réactions musculaires réagissent à un stimulus interne qui nous dit que nous avons des raisons d’avoir peur. Donc, on gèle, ou on panique pour tenter de lutter contre cette peur.

Cela conduit à des maux de dos chroniques, des douleurs au cou, à l’épaule, a des tensions musculaires profondes, a des raideurs musculaires, spasmes du dos et parfois à une capsulite de l’épaule.

Les 3 phases d’une capsulite rétractile de l’épaule, chacune de 4 à 6 mois en moyenne :

  • La première phase « prodomique » correspond à une perte progressive des mobilités de l’épaule et à une aggravation de la douleur d’épaule.

La
 capsulite rétractile commence souvent après un traumatisme mineur, une luxation de l’épaule, une immobilisation prolongée, un infarctus du myocarde ou des problèmes cervicaux -douleur de nuque-.

  • La seconde phase : d’enraidissement dure 2 à 3 mois : persistance de la raideur d’épaule avec une atténuation de la douleur.

La capsulite rétractile de l’épaule démarre toujours par une limitation progressive des mouvement de l’épaule douloureuse ou non. En dépassant un certaine mobilité de votre épaule vous ressentez une douleur aiguë. Cette étape est parfois appelé le stade «gel». Cette pathologie progresse ensuite jusqu’à ce que tous les mouvements soient réduis, ou gelée. A ce stade, il est courant de n’avoir aucune douleur.

  • La dernière phase correspond à une amélioration progressive des mobilités articulaire à la normale d’une durée de 12, 18 à 36 mois…

Au cours de la phase de récupération l’épaule devient à nouveau douloureuse mais s’apaisera lorsque le mouvement normal est retrouvé. Cette période de récupération varie en fonction de la durée de votre capsulite rétractile et de sa gravité.

Les risques associés à une capsulite rétractile :

La douleur associée à une capsulite rétractile peut entraîner une limitation de l’amplitude ou une immobilisation sélective de l’épaule douloureuse.

Il a été démontré qu’une immobilisation prolongée de l’articulation peut provoquer plusieurs phénomènes physiopathologiques préjudiciables, notamment :

  • une diminution de la longueur du collagène,
  • une fibrose de la capsule articulaire,
  • une atrophie ligamentaire,
  • une production aléatoire de collagène,
  • un nombre de sarcomère diminué dans le muscle.

La capsulite rétractile est une forme de périarthrite aussi appelée « épaule gelée ».

Lorsque l’on souffre d’une capsulite rétractile de l’épaule, il devient malheureusement impossible de faire certains mouvements de la vie quotidienne : mettre une veste, un soutien-gorge ou de récupérer un objet en hauteur.

Les douleurs causées par une capsulite rétractile d’épaule peuvent être très vives, à recrudescence nocturne et insomniantes.

La capsule articulaire est un sac étanche qui entoure une articulation dans lequel baigne un liquide nutritif : la synovie.
L’irritation de cette capsule peut conduire à un état inflammatoire appelé « capsulite ». L’inflammation chronique de la capsule peut conduire à l’accumulation de tissu cicatriciel à l’intérieur et autour de l’articulation provoquant une d’adhérence rétractile.

Le terme d’épaule gelée est un terme fourre-tout un peu comme « lumbago ». Ce terme se réfère à la perte de mobilité du bras au niveau de l’articulation de l’épaule avec une inflammation du tissu conjonctif de la capsule articulaire qui entoure l’articulation de l’épaule.
Ces tissus conjonctifs protègent l’articulation, la stabilisent et permettent une grande amplitude de mouvement. Lors d’une capsulite rétractile, ils deviennent enflammés, s’épaississent et se raccourcissent provoquant une adhérence. 
La capsulite rétractile touche environ 2% de la population adulte en général âgée entre 40 et 60 ans.

Le diagnostic est clinique devant la diminution des rotations externes dans un contexte douloureux.

Les différents traitements d’une capsulite rétractile

Traitement classique d’une capsulite rétractile

L’approche allopathique occidentale pour le traitement d’une épaule gelée est principalement destinée à augmenter le mouvement par des moyens mécaniques et à contrôler la douleur par des médicament. La douleur de la phase initiale peut être contrôlée par le repos, des analgésiques, des anti-inflammatoires non stéroïdiens, et une stimulation nerveuse électrique transcutanée.

La thérapie physique en utilisant notamment la chaleur aide à réduire la douleur et à favoriser la relaxation musculaire. Au fur et à mesure que la douleur devient mieux contrôlée, un étirement progressif est démarré. Comme plus de mouvement est réalisé, un programme de renforcement musculaire au sein de la gamme de mouvement disponible est initiée. Les mouvements oscillatoires passifs de l’articulation sont recommandés.

Les injections de solutions de stéroïdes et d’anesthésiants dans l’articulation ont également été signalées comme ayant un effet bénéfique, notamment au début de la pathologie de l’épaule.

Traitement chirurgical d’une capsulite de l’épaule

Dans les cas où il n’y a aucune amélioration appréciable après 3 à 6 mois de traitement et d’infiltration, un traitement opératoire peut être utile comme une arthrodistension.

Celui-ci inclus : manipulation sous anesthésie, manipulation après libération arthroscopique, et libération ouverte.

Traitement d’une capsulite en médecine ayurvédique

En médecine ayurvedique, selon l’Ashtanga Hridyam, une capsulite rétractile de l’épaule est appelée « Apabahukam » et l’on parle de Vata Dosha viciée en raison de certains facteurs étiologiques qui resserre les veines à la racine des épaules qui produisent Apabahukam causant une perte de mouvement du bras.

Acupuncture pour traiter une capsulite rétractile

Dans une étude réalisée par Sun et ses collègues, deux groupes de patients ont été étudiés. L’un recevant un traitement physique seul, l’autre recevant la thérapie physique ainsi que de l’acupuncture. Ils ont démontré une différence d’amélioration significative de la douleur et de la fonction chez les patients du groupe acupuncture.

Une autre étude a montré que les performances de six séances d’acupuncture ont conduit à une guérison complète chez des patients avec une épaule gelée ou capsulite rétractile qui avait un succès limité avec la thérapie physique conventionnelle.

Traitement ayurvédique de la capsulite rétractile

Globalement, le problème de l’épaule gelée est de dérangement « Vata » Dosha qui est viciée et vient se localiser à la racine de l’épaule ».

En général, le traitement ayurvédique est conçu pour l’individu en fonction de sa constitution et aussi pour corriger le Vata Dosh vicié à l’épaule. Cela comprend l’administration d’herbes médicamenteuses (Kashayas, ARITAS,) huiles à usage interne et externe et la purgation. Le traitement Panchakarma avec l’huile de massage, bain de vapeur, nasyam.

Environ 10 jours de panchakarma est conseillé après 7 jours de repos. Aussi l’application de chaleur humide est recommandé tout au long.

Yoga pour une capsulite rétractile de l’épaule

Le yoga implique des positions lentes et statiques qui libèrent la capsule articulaire de l’épaule et offre au praticien du temps pour comprendre son corps et de diriger son intention dans la libération de l’articulation de l’épaule. Ceci permet au patient de s’écarter de la « position de protection ». Les postures bilatérales sont encouragées pour maintenir l’épaule contro-latérale de tomber en proie à ce syndrome et d’égaliser le flux d’énergie. Cela contribue également à maintenir le tonus musculaire.

Le yoga pour traiter naturellement une capsulite de l’épaule.

Les asanas utilisés sont les poses d’équilibre associées à des mouvements spécifiques d’épaule conscients.

  • Bhujangasana (la pose du cobra),
  • Salabasana (la pose du criquet pèlerin),
  • Pavanamuktasana (pose de la poitrine au genou),
  • Pashimotasana (pose de la tête penchée en avant au genou).

On peut commencer avec Shavasana, puis progresser vers la pose des quatre membres. On peut alors soulever une main et un genou du tapis. Une fois que ceci est accompli alors on est prêt pour la pose baisse chien du chien tête baissée. Bien que le patient peut être inquiet d’essayer cela, les épaules gelées on tendance à apprécier le fait de supporter un poids léger.

Massage d’une capsulite rétractile :

Le massage est une partie intégrante de la plupart des traitements en particulier en utilisant des huiles spécifiques. Des techniques plus spécifiques de massage ont été développées dans différents centres pour l’épaule gelée.

L’examen clinique d’une capsulite rétractile :

L’examen clinique de l’épaule permet de rechercher de nombreux signes ou symptômes :

  • Le tableau clinique est celui d’une diminution des mobilités actives et passives associées à une douleur.
  • On retrouve une limitation articulaire avec une perte d’amplitude majeure sur l’élévation antérieure, la rotation externe (moins importante sur l’abduction et la rotation interne).

L’épaule gelée ou raide est non douloureuse avec une diminution de la mobilité active et de la mobilité passive, exemple : manœuvre de JOBE.

Quels examens complémentaires qui seront nécessaire pour ma capsulite rétractile ?

Aucun examen complémentaire spécifique n’est nécessaire en cas de capsulite rétractile typique. Des examens simples me seront en général suffisants :

  • radiographie de l’épaule qui présente en général une déminéralisation osseuse d’immobilisation
  • un bilan biologique.

Diagnostic différentiel d’une épaule gelée

Hémarthrose, rhumatisme inflammatoire ou micro- cristallin, arthrite septique, tumeurs et dystrophies osseuses, séquelles de chirurgie du sein, omarthrose – arthrose de l’épaule-, fracture du trochiter, maladie de Paget de l’humérus

Les différentes causes de capsulite rétractile de l’épaule

Les capsulites rétractiles spontanées s’observent surtout chez la femme entre 45 et 65 ans. Elles sont volontiers bilatérales.

  • Causes endocriniennes :
    • désordre thyroïdiens chez la femme
    • diabète : l’apparition d’une capsulite est 4 fois plus fréquente en cas de diabète et peut être bilatérale. Avant toute chose, le contrôle d’une glycémie -taux de sucre dans le sang- équilibrée fait partie du traitement en cas de diabète.
  • Causes post-traumatiques : post-fracture, luxation, chirurgie
  • Causes générales : PPR, spondylartrhopathie
  • Causes métaboliques : dépôt amyloides chez les hémodialysés chroniques, calcinose tumorale
  • Causes neurologiques : hémiplégie, maladie de Parkinson, traumatismes craniens, névralgie cervico-brachiale, lésion du plexus brachial, zona au niveau de C5
  • Causes viscérales : hyperthyroïdie, infarctus du myocarde, pathologie thoracique diverse.
  • Causes médicamenteuses : gardénal (rhumatisme), iode 131, barbiturique, anti-protéases

  • G Kaplan, A Prier, P Vinceneux « Rhumatologie pour le praticien » Simep, Masson, 1990, P56
  • Vermeulen HM, Rozing PM, Obermann WR, LeCessie S, Vliet Vieland TP. Comparison of high grade and low grade mobilisation techniques in the management of adhesive capsulitis of the shoulder randomised controlled trial Phys Ther 2006 Mar; 86(3): 355-68
  • Van den Dolder PA, Roberts DL. A trial into the effectiveness of soft tissue massage in the treatment of shoulder pain. Austr J Physiotherapy 2003; 49(3): 183-8

11 novembre 2017 - 10 h 06 min

Traitement d'une capsulite retractile