Ménopause un facteur de tendinite?

Les connaissances sur l’impact du vieillissement et de la carence en œstrogènes sur les tendons est limitée. Les femmes sont différentes des hommes, très probablement à cause des différences dans l’activité des hormones sexuelles et la réponse tissulaire.

L’intérêt pour les facteurs métaboliques qui peuvent induire des troubles tendineux comme une tendinite semble croître.

ménopause tendiniteLes changements due à la ménopause

Avec le vieillissement, les changements paraphysiologiques se produisent dans le système musculo-squelettique :

  • une diminution de la masse
  • une diminution de la force musculaire,
  • une altération du tendon et de la structure osseuse.

Ces altérations semblent être dues à une diminution de la synthèse de collagène, l’augmentation des radicaux libres et le déséquilibre du métabolisme en faveur de l’activité catabolique.

Il a été suggéré que chez les femmes le niveau d’oestrogène, ce qui diminue considérablement dans la période post-ménopause, joue un rôle crucial influençant le métabolisme du tendon et modifiant la production de différents facteurs de croissance. La ménopause consiste en une diminution rapide de l’œstrogène dans les 6 premiers mois, qui continue pendant environ 3 ans. On observe en même temps une concentration maximale de gonadotrophines.

Pour le reste de la vie de la femme le niveau d’estradiol et d’estrone reste constamment très faible.

Avant la ménopause le risque de développer une tendinite chez les femmes est plus faible que chez les hommes. Chez les femmes âgées, l’incidence d’une tendinopathie et d’une rupture du tendon est semblable aux hommes.

Vieillissement et tendon

Les tendons se composent principalement de collagène, disposés en fibrilles linéaires, dans lequel les tenocytes sont le composant cellulaire principal. Les tenocytes produisent le collagène, des protéines de réparation, et les protéoglycanes de la matrice.

Les changements liés à l’âge dans le comportement des tenocytes conduisent à des processus de réparation inefficaces et à une augmentation de la fréquence des blessures au tendon.

Carence en œstrogène du tendon

La présence de récepteurs d’œstrogènes a été démontrée dans des essais humains et animaux. Ces résultats peuvent indiquer que les tenocytes sont influencés par le niveau d’oestrogène. L’impact de l’ovariectomie sur l’expression du gène chez le lapin a donné lieu à des résultats dans différents tendons qui peuvent indiquer des variations dans le nombre et la distribution des récepteurs d’œstrogènes.

Le niveau d’œstrogène à un effet direct sur le tissu collagénique dans plusieurs études précliniques.

La réduction du niveau d’oestrogène dans le sang est associée à :

  • une réduction de la résistance à la traction,
  • une diminution de la synthèse de collagène,
  • au diamètre des fibres,
  • une diminution de la densité
  • une augmentation de la dégradation des tissus du tendon.

Chez les tendons des lapins, l’impact de l’ovariectomie était différente pour le tendon d’Achille en comparaison à un tendon rotulien. Lorsqu’ils sont évalués en utilisant les taux d’ARNm de gènes dont collagènes, protéoglycanes, protéases et mediateurs.

Ces résultats inflammatoires peuvent indiquer que les différents tendons ont une réponse différente aux œstrogènes et à l’action des hormones sexuelles.

Des études sur le tendon d’Achille et rotulien

La plupart des études réalisées sur la carence des tendons en œstrogènes sont cliniques et sont fondées sur l’administration de la thérapie de remplacement d’oestrogène chez les femmes post-ménopausées. Cependant les tests actuellement effectués le sont exclusivement sur les tendons d’Achille et rotuliens.

Le traitement hormonal substitutif (THS) avec de l’oestrogène exogène peut améliorer la structure du tendon en conservant le diamètre des fibres de collagène. De plus, l’œstrogène influence positivement la morphologie des tendons et des propriétés biomécaniques en post-ménopause.

En contraste avec ces résultats, les effets des stéroïdes hormones sur les tendons semble être différente chez les jeunes femmes.

En effet, alors que chez les jeunes femmes la stimulation d’œstrogènes semble avoir des effets négatifs sur les tendons, chez les femmes post-ménopausées, ils semble avoir des effets stimulants.

Dans une étude réalisée chez les jeunes femmes, sur un groupe d’utilisatrices de contraceptifs par voie orale, on a été constaté que le taux de synthèse de collagène était inférieur, par rapport aux femmes du groupe de contrôle.

Perspectives d’avenir

La relation entre la carence en œstrogènes et les troubles tendineux au cours du vieillissement semble pertinent.

Ainsi plus d’études sont nécessaires pour étudier l’impact de la ménopause sur les différents tendons, en particulier dans le membre supérieur et la coiffe des rotateurs. Cette tendinopathie de l’épaule augmentent de façon spectaculaire chez les femmes d’âge moyen.

L’amélioration de la compréhension de cet argument peut reconstruire l’évaluation et la gestion des pathologies tendineuses.

30 août 2017 - 15 h 13 min
La ménopause, un facteur de tendinopathies