Tendinite du coude, épicondylite

Le cabinet de la tendinite propose un traitement naturel de la tendinite du coude par pressions digitales, de l’ostéopathie et des exercices. Des conseils alimentaires par une nutritionniste D.E pourrons vous-être proposé pour ne plus souffrir de votre tendinite du coude et éviter une éventuelle récidive. Que votre tendinite du coude soit récente, aigüe ou chronique, nous les traitons naturellement sans l’utilisation d’infiltrations. L’effet du traitement d’une tendinite du coude -épicondylite latérale ou médiale- est ressentie immédiatement et en général 2 consultations sont nécessaire.

La première description de la tendinite du coude « tennis elbow » date de 1873 que l’on retrouve dans la littérature allemande, sous l’appellation de « la crampe de l’écrivain » en référence à la population dans laquelle il avait observé cette entité.

tennis elbowLes douleurs du compartiment externe du coude -tendinite du coude externe- ont fait l’objet de nombreuses publications, mais ce syndrome reste mal compris et les certitudes scientifiques sont faibles. Une recherche sur Medline avec comme mot-clé «lateral epicondylitis» retrouve 1338 références.
Le terme d’épicondylalgie pour une tendinite au coude est actuellement préféré à ceux, presque synonymes, de tennis elbow, épicondylite, tendinite des radiaux, tendinopathie d’insertion… pour décrire les douleurs latérales du coude d’origine « tendineuse ».

Le diagnostic de tendinite du coude ou d’épicondylalgie suppose évidemment que les autres causes de douleurs externes du coude (arthroses, tumeurs, névralgies C7 tronquées…) aient été éliminées.

L’appellation commune, journalistique, de tennis elbow -tendinite du coude-, si elle devait traduire littéralement, devrait concerner toutes les affections du coude du joueur de tennis. En réalité, elle s’adresse aux douleurs se projetant en regard de l’épicondyle : aux épicondylalgies.

Peu d’études en population générale ou dans le milieu du travail ont porté sur les tendinites du coude. Les études relativement plus nombreuses sur la tendinite du coude, menées dans des populations de sportifs, sont informatives, car les conséquences d’une hyper-sollicitation, qu’elle soit liée au travail ou à la pratique sportive, peuvent être semblables.


Tendinite du coude ou épicondylite.

L’épicondylite correspond à une tendinite ou tendinose d’insertion des muscles épicondyliens, le plus souvent le 2ème radial, parfois l’extenseur commun des doigts ou le court supinateur et très rarement, l’extenseur propre du V et le cubital postérieur.

L’épicondylite ou tendinite du coude est certainement l’affection en médecine sportive la plus connue du grand public, en raison de sa fréquence et de ses difficultés de traitement. Si la tendinite au coude concerne le plus souvent le joueur de tennis, elle peut se rencontrer aussi dans d’autres sports, tels que le golf, le javelot, le base-ball ou tout autre sport nécessitant un réflexe d’agrippement puissant ce qui est tout à fait cohérent avec les connaissances issues de la biomécanique et de la physiologie du coude. Cette tendinite au coude peut survenir aussi en dehors de tout contexte sportif lors de travaux manuels – vissage, martelage. –

La tendinite du coude se manifeste par des douleurs siègeant à la face externe du coude, irradiant parfois vers l’avant-bras et la main. Les douleurs provoquées par la tendinite du coude surviennent au début lors de la pratique sportive puis progressivement se produire lors de gestes anodins de la vie courante : serrer une main, soulever une bouteille, tourner la clé dans une serrure, etc…

Pour une tendinite du coude, les termes souvent utilisés de tennis elbow pour l’épicondylite latérale et de golfer’s elbow pour l’épicondylite médiale attestent de la place accordée aux facteurs sportifs pour ces affections.

Les tendinites médiales du coude sont moins fréquentes que les tendinites latérales. Ceci est sûrement lié au fait que le tennis elbow -tendinite du coude- va survenir dans des sports avec prise sollicitant les extenseurs du poignet comme le tennis par exemple. Sur le plan clinique, on retrouve dans les deux tendinites du coude une douleur à la palpation, à l’étirement et aux tests de contraction. La mise en tension en extension du coude va augmenter de façon importante la contrainte en étirement pour les muscles épicondyliens latéraux. Pour les épicondyliens médiaux la contrainte en étirement est plus liée à l’extension du poignet.

tendinite du golf et tennisLes tests isométriques dans la tendinite latérale du coude concerne essentiellement les extenseurs du poignet, le court extenseur radial du carpe. Dans la tendinite médiale, le test isométrique le plus sensible concerne le muscle pronateur qui sera plus souvent incriminé que les fléchisseurs du poignet. C’est la raison pour laquelle lors de mon examen clinique des tendinites médiales, je réalise un test coude fléchi de la pronation en contre résistance.

Sur le plan étiologique, dans la majorité des tendinites latérales du coude correspondent à des tendinopathies isolées bien que, dans certains cas je retrouve une lésion articulaire ou une origine cervicale.
En revanche dans la tendinite médiales du coude, la proximité d’autres structures anatomique, nerveuse et ligamentaire, font qu’il existe souvent des pathologies associées.
Enfin, les tendinites médiales du coude sont parfois la conséquence d’une pathologie d’épaule, en particulier neurologique et ceci plus souvent que les tendinites latérales.

Les tendinites médiales du coude sont des pathologies invalidantes pour la pratique du sport, en particulier lorsque celui-ci nécessite une forte préhension (raquette, batte, guidon,etc…)
Si le diagnostic clinique de cette tendinite du coude reste facile, l’une des difficultés réside dans la recherche des diagnostics différentiels ou des lésions associées du nerf ulnaire, du ligament collatéral ulnaire, d’un syndrome de loge et d’autres tendinopathies du coude.

L’analyse des facteurs liés à la prévalence d’une tendinite médiale du coude montre un lien très net entre la présence de cette affection et le fait de devoir « travailler » en force. Comme pour la tendinite latérale du coude, le risque de survenue pour des sujets indemnes, s’accroit avec le nombre d’autres pathologies du membre supérieur.

Traitement d’une tendinite du coude -épicondylite-

Outre le protocole de traitement antalgique de la tendinite du coude, il doit reposer sur un programme de rééducation associant des étirements, un renforcement concentrique et surtout excentrique des muscles incriminés.
L’importance d’une prévention précoce, du repérage des troubles musculo-squelettiques et du traitement des troubles avant aggravation, de façon à éviter les situations de cumul de plusieurs troubles musculo-squeletiques et donc d’éviter une tendinite du coude.

Plus d’informations détaillées sur le traitement de l’épicondylite – tendinite du coude – 


  • Traumatologie du sport – Raymond-Gilbert Danowski, Jean-Claude Chanussot – 7ème édition Masson – P62, p63
  • Traitement arthroscopique de l’épicondylite latérale (TENNIS ELBOW) – C. Dumontier, V. Beauthier – Octobre 2010

11 novembre 2017 - 10 h 06 min

Tendinite du coude