Ondes de choc et tendinite

Petite sœur de la lithotripsie qui s’utilise depuis les années 80 pour traiter les calculs rénaux, la thérapie par ondes de choc est basée sur le même principe : amener une forte augmentation de pression au cœur des tissus à traiter.

ondes de choc tendiniteLa première indication de la technique par ondes de choc concerne les tendinites chroniques, qu’il s’agisse de tendinites calcifiantes ou non, de tendinites corporéales ou de tendinites d’insertion.

Les tendinites de la coiffe des rotateurs, l’épicondylite, l’épitrochléite, la tendinite de la pointe de la rotule, la tendinite d’Achille et l’aponévrosite plantaire sont les indications les plus fréquentes.

Le traitement des tendinites par ondes de choc comporte en général 3 séances :

Au cours de chaque séance, sont administrés, de 1500 à 3000 chocs et la séance dure environ 10 à 20 minutes.

L’espacement entre les deux séances est de 1 à 2 semaines, le traitement est donc effectué en 15 jours à un mois.

ondes de chocIl existe différentes ondes de choc

  • Les ultra sons US / américains sont des ondes acoustiques de faible pression environ 1 atmosphère et de haute fréquence 1 à 3 mégahertz. L’énergie transférée aux tissus provoque surtout un échauffement, pouvant soulager certaines douleurs.
  • Les ondes de choc radiales ou RSWT pour Radial Shock Wave Thérapy :
 elles sont produites par un système pneumatique mobilisant un piston qui martèle la peau et les tissus sous jacents. Ce sont des ondes de faible pression 2 à 3 atmosphères, dont la transmission s’épuise rapidement dans les tissus, environ 3,5cm.
  • Les ondes de choc extra corporelles EWST : 
sont une catégorie d’ondes acoustiques discontinues de très haute énergie
plusieurs dizaines ou centaines d’atmosphères. 
Un avion supersonique franchissant le mur du son, une explosion dans la mer génèrent des ondes 
de choc.

Chaque onde est définie par
 :

  • un pic de pression, avec un temps de montée très rapide -nanosecondes-,
  • une phase de pression négative.

La zone d’action a une forme ellipsoïdale -en cigare- dont le diamètre et la longueur varient en fonction des sources utilisées, pour les plus performants le diamètre de la zone thérapeutique est de 4 cm et la profondeur est d’environ 12 cm.

Les effets de la montée de pression sur l’organisme :

  • Elle explose littéralement les calcifications tendineuses et détruit également les micro-calcifications qui se créent dans la jonction téno-périostée.
  • Les ondes de choc saturent les récepteurs à la douleur et entraîneraient une sécrétion d’endorphines responsable d’un effet antalgique dans les heures qui suivent.
  • Libération dans les tissus de monoxyde d’azote et d’un facteur de croissance vasculaire le VEGF -vascular endothelial growth factor, on assiste à la naissance d’un nouveau réseau de micro vaisseaux autour du tendon et de son attache. Cette nouvelle vascularisation va permettre une évacuation des déchets et surtout une meilleure nutrition des tissus.
  • Les ondes de choc stimulent les ostéoblastes.

Le ressentit des effets des ondes de choc dans le traitement d’une tendinite

Les effets bénéfiques de la technique ne sont jamais immédiats, il faut attendre 4 à 6 semaines avant de voir l’effet s’installer. La plupart des études  rapportent un taux de réussite de l’ordre de 75 à 80%.

Brunet-Guedj a réalisé une étude ouverte sur 134 tendinopathies toutes localisations confondues. Après 8 à 10 séances, 80% des patients ont pu reprendre leur activité physique au même niveau sans douleur ou avec une petite gène n’interférant en rien dans la performance. De Labareyre a obtenu plus de 68% de résultats favorables sur 43 tendinites d’Achille.

Les effets secondaires des ondes de choc dans le traitement d’une tendinite

Ils sont peu nombreux, il s’agit le plus souvent d’une rougeur locale.

Les contre-indications aux ondes de choc pour traiter une tendinite :

  • La grossesse
  • Les traitements aux sites de passage de gros troncs nerveux ou de gros vaisseaux
  • Des troubles de la coagulation et de l’hémostase : hémophilie, patient sous anti-coagulants ou anti thrombotiques.
  • Les tissus sièges d’inflammations aiguës, d’infections, de tumeurs primitives ou secondaires.
  • Une plaie ouverte sur la zone à traiter.
  • Des cartilages de conjugaison des os en croissance -les enfants-
  • Les régions pulmonaires et cardiaques.

Le cabinet de la tendinite ne propose pas de traitement des tendinites et tendinopathies par ondes de choc.


  • Abt T, Hopfenmuller W, Mellerowicz H. Shock wave therapy for recalcitrant plantar fasciitis with hell spur : a prospective randomized placebo-controlled double-blind study. Z Orthop Ihre Grenzgeb 2002 ; 140 : 548-54.
  • De Labareyre H, Saillant G. Tendinopathies calcanéennes. Formes cliniques et évaluation de l’efficacité par ondes de choc radiales. J Traum Sport 2001 ; 18 : 56-69.
  • Gremion G. Efficacité de la thérapie par ondes de choc extracorporelles dans les tendinopathies rebelles. J Traum Sport 1999 ; 16 : 117-121.
  • Haake M, Boddeker IR, Decker T et al. Side- effects of extracorporeal shock wave theray (ESWT) in the treatment of tennis elbow. Arch Orthop Trauma Surg 2002 ; 122 : 222-8.
  • Helbig K, Herbert C, Schostock T et al. Correlations between the duration of pain and the success of shock wave therapy. Clin Orthop 2001 ; 387 : 68-71.
  • Heller KD, Niethard FU. Using extracorporeal shockwave therapy in orthopedics-a meta-analysis. Z Orthop Ihre Grenzgeb 1998 ; 136 : 390-401.
  • Ko JY, Chen HS, Chen LM. Treatment of lateral epicondylitis of the elbow with shock waves. Clin Orthop 2001 ; 387 : 60-67.
  • Maier M, Saisu T, Beckmann J et al. Impaired tensile strength after shock-wave application in an animal model of tendon calcification. Ultrasound Med Biol 2001 ; 27 : 665-71.
  • Ogden JA, Alvarez R, Levitt R et al. Shock wave therapy (orthoptripsy) in musculoskeletal disorders. Clin Orthop 2001 ; 387 : 22-40. Ogden JA,
  • Alvarez R, Levitt R et al. Shock wave therapy for chronic proximal plantar fasciitis. Clin Orthop 2001 ; 387 : 47-59. Orhan Z, Alper M, Akman Y et al. An experimental study on the application of extracorporeal shock waves in treatment of tendon injuries : preliminary report. J Orthop Sci 2001 ; 6 : 566-70.
  • Perlick L, Korth O, Wallny T et al. The mechanical effects of shock waves in extracorporeal shock wave treatment of calcific tendinitis-an in vitro model. Orthop Ihre Grenzgeb 1999 ; 137 : 10-6.
  • Perlick L, Schiffmann R, Kraft CN et al. Extracorporal shock wave treatment of the achilles tendinitis : experimental and preliminary clinical results. Z Orthop Ihre Grenzgeb 2002 ; 140 : 275-80.
  • Rompe JD, Hopf C, Kullmer K et al. Low-energy extracorporeal shock wave therapy for persistent tennis elbow. Int Orthop 1996 ; 20 : 23-27.
  • Rompe JD, Hopf C, Kullmer K et al. Analgesic effect of extracorporeal shock wave therapy on chronic tennis elbow. J Bone Joint Surg 1996 ; 78B : 233-237.
  • Rompe JD, Kirkpatrick CJ, Kullmer L et al. Dose-related effects of shock waves on rabbit tendo Achillis. A sonographic and histological study. J Bone Joint Surg 1998 ; 80 : 546-52.