Traiter une tendinite avec son propre sang, du plasma riche en plaquettes (P.R.P) ne serait pas plus efficace qu’une injection de solution saline.

prp tendiniteLe corps humain possède des plaquettes sanguines qui contiennent des « facteurs de croissance » permettant de stimuler la cicatrisation des tissus. Le PRP est donc une préparation riche en facteurs de croissance injectée directement dans les tendons ou les muscles pour soigner la lésion ou la douleur.

Comment peut on traiter une tendinite avec son sang ?

Ce traitement consiste à mimer en quelque sorte le processus naturel de cicatrisation. Sur le site d’une blessure fraîche surgissent des plaquettes sanguines -cellules de la coagulation- qui sont à l’origine de tout caillot. Ces plaquettes diffusent des dizaines de facteurs de croissance qui ordonnent aux cellules sur place de s’activer pour aider à la constitution d’un hématome. Puis de fabriquer de l’os ou du tendon, des vaisseaux sanguins, des cellules de soutien…

Ce traitement « naturel » contre les tendinites s’adresse :

Aux patients présentant une blessure musculaire ou tendineuse grave, une tendinite rebelle au traitement médical bien conduit, une lésion cartilagineuse douloureuse et résistante à la viscosupplémentation. Ce traitement concernera donc avant tout la traumatologie du sport mais s’adressera aussi à des travailleurs manuels et des artisans par exemple. Ce traitement sera effectué en fonction du type de lésion soit seul soit accompagnant un traitement chirurgical.

Le principe du traitement PRP :

injection plaquettes prp tendiniteLe patient se voient d’abord prélever une poche de sang de 20 à 60 ml de sang. Celle-ci, dûment anticoagulée, est centrifugée deux fois de suite pour extraire cette fraction du plasma très concentrée en plaquettes. Ces éléments du sang sont alors quatre à cinq fois plus concentrés que dans le sang frais norm
al.
Enfin est ajouté à ce plasma du calcium, qui va activer les plaquettes. Immédiatement, -dans les 30 minutes- l’extrait est injecté directement dans le site de la blessure, qu’il s’agisse d’un tendon, d’un muscle. Sur place, les plaquettes vont libérer les substances actives qui vont accélérer la guérison. En moins de dix minutes, le processus a démarré. En une heure, 95 % des dizaines de facteurs de croissance (épidermique, vasculaire, fibroblastique…) ont été libérés. Les plaquettes injectées vont rester vivantes dans le site d’injection pendant sept jours, et continuer à secréter les substances aidant la cicatrisation.

Important avantage du procédé : cette «soupe» sanguine est très bien tolérée par le receveur, et surtout elle contient autant de substances activatrices que frénatrices, reproduisant exactement, en l’accélérant, le mécanisme naturel.

L’injection peut être douloureuse. Il faut souvent deux à trois injections espacées d’une semaine pour obtenir de bons résultats.
Bien que « naturel », le PRP n’est pas approprié pour tous les patients. Les personnes présentant une anémie sévère, un très faible niveau de plaquettes ou souffrant de cancer ne peuvent recevoir un tel traitement.
Il s’agit d’un traitement onéreux et non pris en charge par les organismes d’Assurance Maladie.
Le risque connu à ce jour est infectieux, la maitrise de ce risque nécessite des procédés très rigoureux d’asepsie depuis le prélèvement jusqu’à l’injection.

Est-ce que l’injection de plaquettes est efficaces dans le traitement des tendinites ?

Une étude récente à double insu, donc plus rigoureuse a révélée que le PRP n’était pas plus efficace qu’une injection de solution saline pour traiter les blessures au tendon d’Achille.


  • Platelet-Rich Plasma Injection for Chronic Achilles Tendinopathy 
A Randomized Controlled Trial – 
Robert J. de Vos, MD; Adam Weir, MBBS; Hans T. M. van Schie, DVM, PhD; Sita M. A. Bierma-Zeinstra, PhD; Jan A. N. Verhaar, MD, PhD; Harrie Weinans, PhD; Johannes L. Tol, MD, PhD 
JAMA. 2010;303(2):144-149.

30 août 2017 - 15 h 13 min

PRP injection de plaquettes traitement tendinite