L’omoplate qui ressort, omoplate en aile de pigeon, dyskinésie scapulaire, une cause de douleurs de l’épaule?

omoplate-decolle-omoplate-qui-ressortIl s’agit d’une modification de la position ou du mouvement normal de l’omoplate pendant les mouvements de l’épaule. Un autre nom qui lui est donné est le « glissement scapulaire latéral ».

Des modifications de la position et du mouvement scapulaire se produisent chez 68 à 100% des patients présentant des lésions de l’épaule. 

Les anomalies de positionnement et de cinématique de l’omoplate -scapula- peuvent créé des douleurs et des dysfonctions de l’épaule, en particulier la coiffe des rotateurs.

On classe l’omoplate qui ressort ou dyskinésie scapulaire en 4 categories :

  • Type I – Angle inférieur

Au repos, la bordure scapulaire médiale inférieure est proéminente dorsalement. Dans le mouvement du bras, l’angle inférieur s’incline dorsalement et l’acromion s’incline ventralement sur le haut du thorax avec un axe de rotation horizontal.

  • Frontière médiale – type II

Au repos, la bordure médiane entière est proéminente dorsalement. Dans le mouvement du bras, la frontière scapulaire médiane s’incline dorsalement du thorax.

  • Type III – Bord supérieur

Au repos, le bord supérieur de l’omoplate est élevé et l’omoplate peut aussi être déplacé antérieurement. Dans le mouvement du bras, l’épaule initie le mouvement sans aide significative de l’omoplate se produisant.

  • Symétrique scapulo-humérale – Type IV

Au repos, la position des deux omoplates est relativement symétrique, bien que le bras dominant puisse être légèrement inférieur. En mouvement, les omoplates tournent symétriquement vers le haut de telle sorte que les angles inférieurs se déplacent latéralement loin de la ligne médiane et que le bord médian scapulaire reste à fleur contre la paroi thoracique.

Les différentes causes de l’omoplate qui ressort – dyskinésie scapulaire

1. Anomalies posturales ou perturbations anatomiques.

  • Une lordose cervicale ou une cyphose thoracique altèrent la position normale de repos de l’omoplate et peuvent entraîner une protraction excessive et une dépression acromiale.
  • Les fractures ou résection claviculaire peuvent raccourcir ou anguler la clavicule et changer la position normale de repos  ou altérer la capacité de la clavicule à tourner en arrière avec des mouvements aériens.
  • Blessures articulaires ou anomalies anatomiques

2. Lésions nerveuses avec une paralysie

  • nerf spinal
  • du n. thoracique long
  • du nerf scapulaire dorsal

3. Manque de flexibilité / contracture musculaire / capsulaire

  • L’étanchéité de la tête du biceps mineur ou court peut pencher l’omoplate vers l’avant. Le raccourcissement du pectoral majeur peut restreindre le mouvement claviculaire postérieur et affecter le mouvement scapulaire.
  • Déficit de rotation interne gléno-huméral : l’étanchéité de la capsule postérieure créé une translation antérieure et supérieure obligatoire de la tête humérale et une perte de rotation interne.

4. Déséquilibre ou faiblesse musculaire

  • Fatigue du muscle scapulaire.
  • Inhibition musculaire. Les muscles les plus communément faibles ou inhibés sont les muscles serratus antérieur, inférieur et moyen et les muscles rhomboïdes.

Problèmes et déficiences associés

La dyskinésie scapulaire est un terme généralisé utilisé pour décrire la perte de contrôle et de mouvement scapulaire. Cependant, de nombreuses pathologies, problèmes et déficiences peuvent résulter d’une anomalie du contrôle scapulaire et du mouvement :

  • Douleur à l’épaule ou inconfort pendant le repos ou le mouvement.
  • Perte de la régulation de la protraction / rétraction scapulaire : une trop grande protraction, soit due à l’étanchéité capsulaire, soit à la contracture du muscle coracoïde, provoque une rotation de l’omoplate vers le bas et vers l’avant, modifiant ainsi le rythme scapulo-huméral et menant à l’empiétement de l’une ou de l’ensemble de ces structures :

1. Tendon du supra-épineux

2. Capsule supérieure de l’articulation

3. Bourse subacromiale

4. Chef long du biceps brachial

Il existe une zone critique dans le tendon supra-épineux où la réserve de sang est faible. Le tendon supra-épineux reçoit son apport sanguin des vaisseaux supra-scapulaires et circonflexo-huméral antérieur et présente une zone avasculaire au niveau de son site d’insertion. Cette zone avasculaire est aussi malheureusement le site le plus fréquent pour les atteintes physiques.

Il en existe 2 types :

  1. L’atteinte typiquement observée dans la population âgée résulte du rétrécissement physique de l’espace sous-acromial et est généralement causée par une coiffe des rotateurs, une calcification de l’arc coraco-acromial, un acromion accroché, un développement de l’éperon osseux, une clavicule distale ou une dégénérescence articulaire.
  2. Une autre atteinte résulte du rétrécissement fonctionnel de l’espace sous-acromial. Elle est plus fréquente chez la population plus jeune. Elle résulte souvent d’une instabilité gléno-humérale ainsi que de l’étanchéité capsulaire postérieure et/ou d’une faiblesse et de la fatigue des muscles scapulo-huméral et scapulo-thoracique.

Une tendinite de la coiffe des rotateurs : les blessures de surutilisation sont typiquement dues à des activités bras en l’air répétitives associées à une mauvaise posture et / ou à une position anormale de l’articulation.

– Une rupture d’un tendon de la coiffe des rotateurs : une lésion de la coiffe des rotateurs subie sans traumatisme physique peut être considérée comme la continuation d’un problème d’impact, en particulier du tendon du supra-épineux car il est directement situé sous le processus de l’acromion et a une vascularité très médiocre. Les actions répétitives, en particulier les bras levés, provoquent des micro-traumatismes répétés conduisant à des blessures de sur-utilisation du ou des tendons concernés.

Capsulite retractile ou épaule gelée : principalement une réaction inflammatoire excessive dans la capsule gléno-humérale et la synoviale en réponse à une lésion, un traumatisme ou une immobilisation prolongée qui conduit ensuite à la formation d’adhérences cicatricielles et de fibrose capsulaire.

Examen clinique d’une épaule avec l’omoplate qui ressort

Idéalement, le patient doit être examiné torse nue ou simplement en brassière de sport pour évaluer la posture, la qualité et la force du mouvement. Examiner le mouvement de l’épaule en phases ascendante et descendante. Les anomalies sont typiquement révélées dans la phase descendante lors de l’abaissement excentrique. Lorsque l’omoplate est instable, un véritable renversement de l’origine musculaire et de l’insertion se produit.

  • Éliminer la présence d’une pathologie cervicale -radiculopathie, sténose foraminale latérale, etc…
  • Chercher une cyphose thoracique accrue ou une lordose cervicale.
  • Rechercher des restrictions d’extension de la colonne vertébrale thoracique: les restrictions de la colonne vertébrale peuvent entraîner une diminution de l’inhibition du trapèze. Des courbes scoliotiques ou des courbures anormales créent un contour de surface anormal pour le mouvement scapulaire. Position de l’épaule affectée dans la comparaison bilatérale -position de repos-.
  • Analyse du niveau des épaules, prohéminences osseuses et contour des clavicules.

Les autres tests sont :

  • Essais de stabilité glénohumérale
  • Glande vertébrale pathologie;
  • Essais d’intégrité de la coiffe des rotateurs
  • Essais d’impact
  • Tendinite bicipitale
  • Tendon du biceps qui sort de sa gouttière
  • Rupture du biceps
  • Intégrité de l’articulation acromio-claviculaire

Traitement de l’omoplate qui ressort, ou de l’omoplate en aile de pigeon

Les dernières recherches confirment le rôle de la scapula dans les pathologies de l’épaule, il est donc impératif de faire une rééducation de la musculature scapulaire. Cette rééducation stimule et renforce la co-contraction du couple musculaire trapèze et dentelé antérieur, qui joue le rôle de moteur de le phénomène de la sonnette latérale, en insistant sur le dentelé antérieur qui active la rotation latérale et la bascule postérieure de scapula lors de l’abduction ou l’élévation du bras.

  • Première phase : contrôle positionnel de la scapula
  • Deuxième phase : stimulation et équilibre musculaire de l’omoplate
  • Troisième phase : force et endurance

30 août 2017 - 15 h 13 min
Omoplate qui ressort et douleurs d'épaule