La pubalgie – Syndrome du carrefour pubien

La pubalgie du sportif a été décrite par Spinelli en 1932 comme la pubalgie de l’escrimeur.

La pubalgie est un syndrome douloureux qui se situe au niveau du pubis -entrejambe-, et qui peut parfois englober plusieurs pathologies :

1- la maladie d’insertion des grands droits

La tendinite du droit antérieur et la tendinite du sartorius anciennement appelé couturier. Ce sont les tendinites les plus fréquentes dans la pratique de la danse puisqu’elles représentent 50 % des tendinites de hanche chez le danseur. Les douleurs sont antérieures et hautes, la pression des épines iliaques antérieures est aussi douloureuse et l’étirement passif par extension de la cuisse sur le bassin est douloureux. La contraction isométrique contrariée est douloureuse :

  • Pour le droit antérieur : la flexion contrariée de la cuisse sur le bassin, genou tendu.
  • Pour le couturier : flexion–abduction-rotation externe de cuisse sur bassin, genou fléchi.

2- l’ostéoarthropathie pubienne micro-traumatique

3- la pathologie du canal inguinal

4- la tendinite d’insertion des adducteurs

La douleur des adducteurs est celle d’une tendinite, semblable à une tendinite au tendon d’Achille ou ailleurs ; la douleur au pubis est diffuse, peu précise, donne une impression de fragilité, et donne des irradiations vives et plus ou moins douloureux selon les moments. Le pubis est un carrefour musculaire entre le tronc et les cuisses. Le pubis comprend une articulation, dix-huit muscles et autant d’insertions ainsi que six nerfs qui en rendent la connaissance difficile. C’est également un carrefour biomécanique où s’exercent des contraintes considérables et par où passent des forces dans les trois directions de l’es- pace. Son fonctionnement biomécanique tend à être modélisé. Les tableaux cliniques peuvent se chevaucher. La vraie pubalgie est une combinaison d’un problème inguinal, d’une maladie des adducteurs et d’une ostéoarthropathie pubienne provoquée par la pratique du sport en particulier le football. Le joueur de football utilise ses adducteurs dans la course, la passe, le shoot latéral de l’intérieur, pour stabiliser la ceinture pelvienne lors de l’appui monopodal nécessaire à la frappe. Les autres sports avec un risque moindre : l’escrime, le rugby, l’équitation, les arts martiaux. La pubalgie est due à un surmenage sportif. Un déséquilibre musculaire des adducteurs et des muscles de la paroi antérolatérale de l’abdomen qui crée une sorte de friction, un ensemble de micro-traumatismes responsable de la douleur. Un entrainement sportif mal fait : excès de frappe de l’intérieur, insuffisance d’étirements pré et post-efforts ; mais aussi d’une insuffisance de la sangle abdominale. Le diagnostic est relativement simple, puisque le patient vient consulter pour une douleur d’apparition progressive, rarement brutale, survenant après la pratique du football dont le siège est le bas-ventre, le pubis, voire les adducteurs. Les irradiations de ces douleurs se font soit vers les muscles abdominaux, soit vers le périnée et les testicules. Les douleurs peuvent être augmentées par la toux provoquée par les efforts de soulèvement ou par des mouvements brusques de flexion du tronc. La pubalgie provoque une douleur insupportable et une impotence fonctionnelle totale, tant pour la pratique sportive que dans la vie professionnelle et vie personnelle.

L’anamnèse – questionnaire

Je recherche les facteurs favorisant, les modifications du type d’entraînement, la variation du type de terrain, mauvaise préparation physique, problème de chaussures. Je retiens également l’origine de la douleur, au repos, à la course, lors de la toux, etc… Le patient exprime une douleur de la tendinite des adducteurs déclenchée par ses accélérations ou décélérations ou des frappes de balle.

Facteurs favorisant une pubalgie

Les facteurs favorisants que l’on retrouve fréquemment sont :

  • masse musculaire importante des membres inférieurs,
  • raideur des ischio-jambiers,
  • hyperlordose -cambrure lombaire accentuée-,
  • muscles adducteurs courts,
  • une limitation des amplitudes

Classification des douleurs péripubiennes

  • Stade 0 : aucune douleurs
  • Stade 1 : douleur uniquement après activité sportive intense; pas de troubles fonctionnels majeurs
  • Stade 2 : Douleurs au début et après l’effort physique, capacité physique encore correcte
  • Stade 3 :Douleurs pendant l’effort physique, difficulté accrue  pour réaliser des performances
  • Stade 4 : Douleurs pendant l’activité sportive et incapacité à pratiquer de manière satisfaisante
  • Stade 5 : Douleurs durant les activités quotidiennes et incapacité de pratiquer un sport

L’examen clinique d’une pubalgie

La palpation :

Dans la plupart des cas, la douleur est unilatérale et irradie d’un côté. Je recherche donc l’origine de cette douleur, afin de mieux préciser mon diagnostic.

Le signe de Malgaigne est pathognomonique d’une tendinite du pubis. On observe une voussure de la région inguinale qui apparaît lorsque l’on demande au footballeur de gonfler son ventre. Les orifices inguinaux sont douloureux, ils semblent souples et élargis. Je recherche une douleur à la palpation de la symphyse pubienne au niveau de l’insertion des muscles adducteurs et au niveau des orifices inguinaux. J’effectue des tests des différents muscles concernés : ischio-jambiers, adducteurs, rotateurs de hanche, grand droit, psoas, etc … La plainte exprimée par mon patient permettra d’orienter le diagnostic. Je recherche un conflit rachidien. A la radiographie est une image confirmant la pubalgie qui a une image typique que l’on retrouve dans le cadre d’une tendinite des adducteurs, avec une irrégularité floue, des microgéodes du rebord inférieur du pubis. La pubalgie est une pathologie au fort risque de réapparition. Alors que le sportif pense être complètement guéri, la douleur réapparaît, des semaines ou des mois après.

Docteur tendiniteLa cause et le traitement d’une pubalgie