Conflit sous-acromial

Le syndrome du conflit sous-acromial est l’une des pathologies affectant l’articulation de l’épaule que je rencontre le plus fréquemment au cabinet. La relation entre les mouvements répétitifs et le conflit sous-acromial est plus complexe qu’un simple lien de cause à effet.

Les études prouvent qu’un traitement conservateur du syndrome du conflit sous-acromial résout le problème chez 70 à 90% des patients, bien que dans certains cas, une intervention chirurgicale soit requise.

La réussite du traitement du syndrome du conflit sous-acromiale dépend :

  • de la précision du diagnostic,
  • d’une bonne connaissance de l’anatomie locorégionale,
  • d’une connaissance de la biomécanique de l’épaule,
  • de l’interprétation correcte de la pathologie déterminée grâce à l’histoire détaillée du patient,
  • de la qualité de l’examen physique,
  • des études diagnostiques.

L’articulation scapulo-humérale a globalement plus de mouvements que toute autre articulation du corps en raison de la faible stabilité osseuse de l’épaule permettant une plus grande amplitude de mouvement. Afin d’atteindre des performances de pointe, il doit y avoir un équilibre optimal entre la mobilité et la stabilité. En raison des structures osseuses limitées, l’épaule est intrinsèquement instable, donc les structures des tissus mous qui sont des stabilisateurs statiques et dynamiques sont les principaux stabilisateur de l’articulation gléno-humérale.

Cependant, un effort excessif ou répétitif de l’épaule peut nuire à l’équilibre entre la mobilité et la stabilité.

Le conflit sous-acromial par le Docteur Neer

IRM avec une inflammation de la bourse séreuse sous-acromiale, état traumatique des tendons du à la partie inférieure de l'acromion.

IRM avec une inflammation de la bourse séreuse sous-acromiale, état traumatique des tendons du à la partie inférieure de l’acromion.

En 1972, le Docteur Neer introduit le concept de conflit de la coiffe des rotateurs dans la littérature, indiquant qu’il résulte de l’empiètement mécanique du tendon de la coiffe des rotateurs sous la partie antéro-inférieure de l’acromion, en particulier lorsque l’épaulement est placé en position avant-fléchie et en rotation interne. Il a rapporté que 90% environ des déchirements de la coiffe des rotateurs sont le résultat d’un conflit sous-acromial du au rétrécissement du supra-épineux à sa sortie. La sortie du supra-épineux est un espace formé sur le rebord supérieur de la tête humérale et glénoïde par l’acromion, l’arc coraco-acromial et l’articulation acromio-claviculaire. Cette sortie accueille le passage du tendon sus-épineux. Les anomalies de la sortie du supra-épineux ont été déterminées comme étant la cause du syndrome de la coiffe des rotateurs. Dans la littérature, on a montré que les variantes anatomiques de l’acromion sont en corrélation avec le conflit.

L’acromion a été classé en trois types, en fonction de la forme de sa surface inférieure :

  • plat (type I),
  • courbe (de type II),
  • crochet (type III).

Ces deux derniers types ont été impliqués en tant que facteur dans le développement du syndrome d’accrochage conduisant à la pathologie.

Il a établi un système de classification qui définit trois étapes dans le spectre du conflit sous-acromial qui suivent un modèle de gravité.

  • L’étape 1 est représentée par une inflammation aiguë, un oedème et une hémorragie dans la coiffe des rotateurs .
  • Dans l’étape 2, le tendon de la coiffe progresse vers une fibrose et une tendinite. Comme cette condition progresse, elle peut conduire à une rupture mécanique du tendon de la coiffe et à des changements dans l’arc coraco-acromial avec ostéophytes le long de l’acromion antérieure.
  • Ces changements sont conformes à l’étape 3 de la classification Neer.

Dans tous les stades de Neer, l’étiologies est un conflit sous-accromial des tendons de la coiffe des rotateurs et un arc coraco-acromial rigide, conduisant finalement à la dégénérescence et à la déchirure du tendon de la coiffe des rotateurs.

Conflit sous-acromial, tendinite du supra-épineux.

Le muscle le plus souvent affecté dans ce syndrome de l’épaule est le muscle sus-épineux, car il s’insère entre la partie inférieure du processus d’ acromion et la face supérieure de la tête de l’humérus. Comme l’abduction de l’épaule se produit, les tendons de la coiffe des rotateurs sont placés sous la force de compression, le deltoïde exerce une force qui provoque la compression des tendons entre l’humérus, de la bourse sous-deltoïdienne et la surface inférieure du processus de l’acromion. Les tendons de la coiffe des rotateurs – en particulier – le tendon supra-épineux est relativement avasculaire, et cette région du tendon est donc une « zone critique ».

Conflit sous-acromial, tendinite du biceps brachial.

Le chef long du biceps et la bourse sous-acromial sont généralement affectés par les changements de la coiffe des rotateurs qui se produisent dans le syndrome d’impact en raison de leur proximité dans la région de l’épaule. Des études récentes utilisant une analyse des mouvements en trois dimensions  montrent que les patients atteints de troubles de l’épaule ont des altérations dans le mouvement de la ceinture scapulaire.

Traitement du conflit sous-acromial

Une étude récente montre que les patients atteints du syndrome d’accrochage peuvent avoir une augmentation de l’angle de rotation de la glénoïde et peuvent avoir une altération dans le rythme de l’articulation scapulo-humérale et le épineux; par conséquent, ces patients peuvent bénéficier d’un autre type de gestion du traitement.

Un groupe de chercheur a conclu que les patients atteints du syndrome d’accrochage de l’épaule ont moins d’inclinaison scapulaire antérieure de l’épaule symptomatique par rapport à l’épaule asymptomatique.

Il est donc bénéfique de se concentrer sur un protocole de traitement du conflit sous-acromial qui vise à la restaurer un comportement « normal » de l’omoplate  chez les patients atteints du syndrome d’accrochage.

Test du conflit sous-acromial

  1. test du conflit sous acromial douleur epauleLe test d’Apley est généralement normal, le patient place la main droite ou gauche impliquée sur l’épaule opposée.
  2. Le second test est également habituellement normale quand le patient passe sa main derrière et au-dessus de la tête, en touchant sa colonne vertébrale et l’omoplate controlatéral.
  3. Lorsque le patient essaye de placer le bras derrière le bas du dos, en essayant de toucher l’angle inférieur de l’omoplate opposé (rotation interne, l’extension et adduction), il y a très généralement une douleur et une restriction significative.

Mon test orthopédique préféré pour le syndrome du conflit sous-acromial que j’ai découvert en faisant une formation en Chine est le « Give Me Five. » Demander au patient de semi-fléchir son épaule à 90 degrés, de faire une rotation externe de l’épaule et une pronation de la main (comme faire la Macarena), de sorte que le pouce du patient face latérale. Le médecin place son / sa main le long de la face antérieure de l’avant-bras, et exerce le muscle-test de pression pupille inférieure. 


Almekinders LC. Impingement syndrome. Clin Orthop 2004; 1(421):112—9. 14.

Burke WS, Vangsness CT, Powers CM. Strengthening the supraspinatus: a clinical and biomechanical review. Clin Orthop 2002;402:292—8. 15.

Cakmak A. Conservative treatment of subacromial impingement syndrome. Clin Sports Med 2001;20(3): 491— 504.

Impingement syndrome and rotator cuff disease as repetitive motion disorders. Clin Orthop 1998;351:95—101. 4.

Frieman BG, Albert TJ, Fenlin Jr JM. Rotator cuff disease : a review of diagnosis, pathophysiology, and current trends in treatment. Arch Phys Med Rehab 1994;75(5):604—9. 2.

Evans PJ, Maniaci A. Rotator cuff tendinopathy: many causes, many solutions. J Musculo Med 1997;14:47—61. 3. Cohen RB, Williams Jr GR.

Faber KJ, Singleton SB, Hawkins RJ. Rotator cuff disease : diagnosing a common cause of shoulder pain. J Musculo Med 1998;15:15—25. 5.

Lyons PM, Orwin JF. Rotator cuff tendinopathy and subacromial impingement syndrome. Med Sci Sports Exerc 1998;30(4):S12—7. 6.

Roodman WU. Etiologies of shoulder impingement syndrome in competitive swimmers. Chiro Sports Med 1989;3:27—31. 7.

Shrode LW. Treating shoulder impingement using the supraspinatus synchronization exercise. JMPT 1994;17(1):43—53. 8.

Morrison DS, Frogameni AD, Woodworth P. Non-operative treatment of subacromial impingement syndrome. J Bone Joint Surg Am 1997;79(5):732—7.


11 novembre 2017 - 10 h 06 min
Conflit sous-acromial, tendinite du supra-épineux